Juillet 2019 à xxxx 2019

EN COURS DE CONSTRUCTION......(le vélo et la page !)..................

 

"L'art le plus complet, c'est celui de construire."   Paul Valéry.  

WASP-TD *

*Wasp, la quêpe, un nid est venue en co-location loger dans le placo d'isolation de ma chambre lors de ce projet, les guêpes perforaient l'isolant et chaque matin, une cinqantaine de celle-ci m'attendaient sur la vitre de la fenêtre pour accompagner mon réveil au jour nouveau qui naissait.....

La plus belle invention de l'homme où pour une fois la médaille n'a pas son revers, le début du suréalisme où quand on imite la marche l'on invente la roue...."Par rapport à la marche à pied, le vélo est trois fois plus efficace à effort égal et entre trois et quatre fois plus rapide.

On a également calculé qu'en termes de conversion en mouvement de l'énergie issue de la nourriture, il s'agit d'une forme de locomotion plus efficace que celle de n'importe quel organisme biologique (l’organisme biologique le plus efficace au kilomètre est le martinet et le second est le saumon)".

Nouveau projet de construction d'un TD (traction directe) ,ou FWD in inglish (front wheel drive), sur une étude datant de 2008, qui faisait suite à la réalisation d'un premier modêle en 2007,

le Minibi ,http://jllaine.chez.com/MINIBI.htm , ,suivi d'une autre réalistion TD trike en2008, le Triflex, http://jllaine.chez.com/TRIFLEX.htm . En 2013, réalisation d'un modêle LWB ( long wheel base , grand empattement ) le DB5, http://jllaine.chez.com/DB5.html

Le Vélo couché à traction directe, ré-apprendre à faire du vélo.............

Le choix d'une configuration en traction directe,qui est le vélo couché le moins facile d'accès pour un novice, mais qui en retour vous donnera un plaisir unique, il implique l'acceptation de trois points particuliers inhérents à la roue avant directrice et motrice :

1) Pour obtenir le plaisir de rouler avec un traction directe, il vous faut compter en moyenne, 1000 à 1500 kms d'apprentissage, se créer de nouvelles connexions neuronales qui compenseront intuitivement le couple du pédalage avec les effets induits sur la direction.

2) Le départ avec cette configuration demande une certaine concentration, pédale en haut, un appui franc et les bras qui compensent...

3) La tenue d'équilibre devient délicate en côte sous la barre des 7 à 8 km/h,  les zizags s'amplifient au fur et à mesure que la vitesse diminue.....

4) L'adhérence de la roue morice peut être insuffisante surout lors des montées ( voir ci-dessous), la solution est de bien définir la répartition du poids sur la roue AV et la roue AR, avancer le pilote au maximum, augmanter l'empattement qui induit une répartition plus élevée sur la roue av....

Les défauts d'un vélo couché à traction directe gommés par l'uitlisation de l'assistance électrique.....

A ces trois points cités ci-dessus, ma réponse est unique, l'assistance éléctrique équipera le WASP , facilité de démarrage sans le couple résistant du pédalier, la vitesse mini en relief est effacée par les watts délivrés au moteur, l'apprentissage facilité par l'assistance qui demande moins d'efforts de pédalage, par conséquent, moins d'effets parasites sur la direction.

 De toutes les matières, c'est le watt que je préfère.......

Au passage, quelques remarques sur l'utilisation de l'assistance électrique ( J'utilise des moteurs Nine Continent RH 205 bobinage 8x8x ou 9x7 couplé à une batterie de 48V 15 Amp, pas de capteur de pédalage, commande directe au guidon par levier )  :  Ne pas commencer trop tôt ( 57 ans dans mon cas) l'effet est vite " piégeur" au fil des kms, l'on commence gentiment à donner quelques watts, l'assistance suit le pédalage, mais au fil du temps, on délivre de plus en plus de watts, le pédalage suit l'assistance, l'effet s'est inversé, on roule de plus en plus vite, le pédalage suit légèrement le moteur et le braquet uilisé devient beaucoup trop grand .....

La solution est simple, il vous faut revenir à la bonne cadence de pédalage qui est sensiblement de 80 tours de pédalier à la minute ( 20 rotations pour 15 seconde sur la montre ),en se recalant ainsi, on s'aperçoit qu'il faut reprendre un petit braquet à sa mesure et la délivrance des watts devient mini, ca qui amplifie l'autonomie de l'équipage et vous permet de retrouver les véritables bienfaits du cyclisme !

 

 De battre, mon cœur à continué.......

Pour éviter l'affollement des soupapes du moteur humain des sportifs occasionnels qui appuient fort sur les pédales, une régle de base:

Pour surveiller le moteur, mieux que le compteur, le compte tour ! 

Fréquence cardiaque à ne pas dépasser: 220-Age

Pour l'endurance prendre 70% de cette valeur.

EXEMPLE pour un Cyliste de 52 ans:

220-52= 168 FC max X 0.7= 117 FC en continue.

 

 Vidéos du Minibi aux mains expertes........

Le Minibi aux mains de JeanLou >      https://youtu.be/71ZAzVYeSM8   

 

Le Minibi aux mains du regretté Laurent Duchêne >  https://youtu.be/jO0ZrJA59ps

Le Tfriflex aux essais de stabilité> 

La genèse du projet "Wasp"......

La suite de l'étude s'effectue pour un vélo"tourisme", à traction directe, mais non en position couché,semi-assise; De tous les modêles existants, la filiation s'oriente sur l'original des "TD", l'Airbike http://www.python-lowracer.de/airbike/     https://de.wikipedia.org/wiki/Airbike#/media/Datei:Airbike_bemasst.png   http://www.airbike.de/index2.htm ,,un vélo d'uilisation "tourisme"sans recherhce aucune de performances, les choix ci-dessous sont liés à cette utilisation .

 La genèse de ce projet, avec l'expérience acquise lors des précédentes constructions du Minibi, du Triflex m'oriente vers ces choix de configuration générale:

La position, non couchée, mais "semie assise" pour un buste non verrouillé sur le dossier du siège handicapant sur les trajets routiers . Un dossier réglable suivant l'uitlisation ville ou route.

L'empattement, généralement de 100cm sur un vélo de route classique, il est de 110 à 130 cm sur un TD pour augmenter la répartition du poids sur la roue avant et assurer une meilleure adhérence,sur le WASP je conserve 100 cm pour une bonne maniabilité, le pilote est très avancé ce qui devrait suffire, l'expérience du "Triflex" avec un premier chassis à 80 cm ( décrochage adhérence en montée) puis un second à 100 cm qui a changé la donne, idem avec la plate forme " Sigwè" avec 80, puis 100 d'empattement .....

La chasse avec un angle de 65° et une chasse projettée de 90 mm ( compromis entre maniabilité et effet du pédalage sur la direction)........

La hauteur du pédalier, 50 cm, les peids en l'air ne m'attire guère, c'est une position très basse, par rapport à la hauteur de l'assise......

Le quidon en position basse sous l'assise, retenue par l'utlilisation sur le DB5 qui me procura une agréable sensation., vue totalement dégagée à l'horizon au détriment de la trainée, mais pour ce qu'il me reste de watts dans les guiboles ar, peu d'importance.....

 

La chronologie d'un projet de construction, première étape, à l'échelle 1/5 eme, superposition de calques au format A3 pour définir la configuration générale qui sera retenue, calque final avec l'épure générale de l'ensemble, ensuite sur une feuille de CTPde 5mm, traçage de l'ensemble à l'échelle 1 avec le détail des assemblages, angle de coupe, etc...

L'épure générale choisie..

Choix de l'angle de chasse qui positionne le pivot, surveillance de la position du cycliste, longueur de l'entrejambe...

  

Dessin à l'échelle 1 des assemblages futurs.....

 

 

 La construction de la guèpe, "Wasp"......

Le pivot de direction :  Insertion d'un moyeu AV avec l'axe de 9mm qui comporte des roulements à cônes et cuvettes aux contacts obliques qui supportent l'effort radiel et axial  

Première soudure du Wasp des bases ( anciennement fourche av..) sur la poutre verticale....

Le tour à malices, ou comment tourner sans tour !! réduction des têtes de vis du pivot

La tête de linotte terminée....

 

 Renfort du pivot au point de liason avec le moyeu ....

 

 

 

La partie AR prend forme.....

Surveillance du poids ....

 Le pivot en place sur le moyeu ....

Soudure autogène du pivot.......

La partie du cadre AR est terminée......

Assemblage de la partie AV et surveillance de l'alignement, c'est la soudure (soudo- brasage) de la partie haute des haubans

qui détermine l'alignement final, délicat point qui m'a demandé d' y revenir deux fois...

L'ossature du Wasp est née....4.5kg  à sa naissance...

La réalité prend forme soudainement avec la liaison des deux parties du cadre et le montage des roues qui permettent

de vérifier une derrnière fois l'alignement des deus roues dans le même plan.....

Reprise des taraudages de la boite de pédalier après la soudo-brasure du chassis...

Le pédalier reelativement bas ( 50cm) par rapport à l'assise me pose une difficulté

pour la fabrication du siège qui frotte sur les cuisses au pédalage...Par exprérience, ilsuffit de bien poser le problème, de laisser passer quelques jours sans forcer sur les neurones

 pour qu'une solution apparaisse sans effort....wait and see !

Siège en tôle alu AG3 , épaisseur 3mm

La coque est façonnée, 1100gr ...

  FICHE TECHNIQUE
MODELE

WASP-TD

CONFIGURATION

Traction directe / Roues 26x 26 pouces

POIDS

00000 kg.

CADRE

Acier A37 40X27X1.5 assemblés par soudobrasage et soudure autogène ( chalumeau).

DIRECTION

Moyeu  de roue avant , axe de 9mm.

SIEGE

Assise fixe, dossier ergonomique réglable.

TRANSMISSION

3Plateaux, 28z/38z/48z   8V  14z à 34z.

GEOMETRIE

Angle de chasse 65°, chasse 90 mm, empattememt 1000mm.

PROTECTION

 Grenaillage, polyzinc, poudrage RAL 00000.

 

 

 « La vie s’ingénie à reprendre d’une main ce qu’elle nous a accordé de l’autre,

Être heureux consiste seulement à savoir s’en accommoder. »

Christian SIGNOL